Que faut-il savoir d’infolabo ?

Vu la place cruciale qu’occupe la production de lait, en France, il importe aux éleveurs et commerçants de laits de s’outiller de bons logiciels de lait. C’est de cela qu’est chargé le logiciel Infolabo. Quelle est alors son utilité ? Qu’est-ce qu’infolabo ?

Qu’est-ce qu’infolabo ?

Le besoin des fermiers de faire écouler leur lait, ou de trouver des distributeurs ou aussi acquérir des marchés pour la production est tout une chaîne qu’il faut comprendre pour lire le site. Cet ensemble peut être facilité grâce à l’intervention d’outils comme des logiciels qui analysent la qualité de lait. Ainsi, infolabo, procurent aux éleveurs, la possibilité d’avoir leur résultat du test de lait en ligne, ce qui leur permettra d’établir la qualité de ce dernier. Ce logiciel est une œuvre du Centre National Interprofessionnel de l’Économie laitière. Les laboratoires qui effectuent les tests sont reconnus par le ministère de l’Agriculture.

 Quels sont les avantages d’infolabo ?

La première qualité d’infolabo est son caractère pratique et économique. Cela permet aux fermiers de ne pas perdre leur temps à attendre les résultats.À cela s’ajoute la rapidité de la sortie des résultats. D’un autre côté, cela leur permet de disposer d’outils fiables, informatisés et agrée par l’organisme de tutelle. Ainsi, chaque lait testé, s’il répond aux normes, bénéficiera d’une mention de qualité et attirera plus les consommateurs. Ces résultats publiés sur le logiciel permettent aussi de savoir quelle qualité de lait produit le concurrent.

Quelques conseils pour faire du lait de qualité

À titre informatif, avoir un lait de qualité revient à respecter certaines règles des composantes. Ainsi, chaque fermier ou producteur de lait doit s’assurer de disposer des règles élémentaires en dehors de leurs propres feuilles de route. Un lait de qualité doit disposer de 38 g/L et de 32 g/L de matière protéique. En dehors de cela, le lait de qualité est privé d’un ajout d’eau qui n’est pas frauduleux, mais qui en diminue la consistance. Outre les deux premiers critères visant à la qualité, le lait ne doit pas contenir une quantité de germe de 100 000 UFC/ml.